lecture

Télétravail et aptitude visuelle : les bonnes pratiques

Ordinateur de bureau avec une personne en télétravail

Depuis l’annonce du reconfinement en France lié à la lutte contre le coronavirus, la question du télétravail est plus que jamais d’actualité. Et l’utilisation conséquente des écrans (tout support confondu) aussi. Au dernier confinement, 3 français sur 5 auraient doublé leur temps passé sur les écrans. Et on le sait, une utilisation peu consciencieuse de ces derniers est susceptible d’affecter notre santé visuelle. Comment protéger ses yeux dans le cadre du travail à distance ? Pourquoi l’aptitude visuelle au travail est-elle si importante ? Cet article se propose de vous apporter quelques éléments de réponse.

Aptitude visuelle et santé des yeux

L’aptitude visuelle : un facteur déterminant pour la pratique de certains métiers

Pour pouvoir accéder à certains postes, l’aptitude visuelle est un élément capital. Une évaluation de cette aptitude est réalisée par un médecin du travail dans le cadre d’examens règlementaires.  L’évaluation est organisée en vue d’une embauche, après un congé maternité, lors de visites périodiques, après une absence conséquente liée à une maladie ou suite à un accident.

« Ils [les tests visuels] sont effectués lors de chaque visite médicale avec une attention particulière lors des visites d’embauche ou de reprise, en cas de pathologies ophtalmologiques, neurologiques ou de prises médicamenteuses. »
(Dr Sinopoli, médecin du travail)

Selon Le Journal des Femmes Santé, exercer certaines professions exigerait l’obtention de « seuils minimaux d’aptitude visuelle sur différents déterminants, en vision corrigée ou non corrigée ». Ainsi, les candidats aux Grandes écoles, les navigateurs aériens, les pilotes d’avions, les professionnels issus des transports, des armées, de la sécurité publique, etc., sont touchés par une réglementation spécifique. Une évaluation de l’aptitude visuelle dont les résultats sont insatisfaisants au regard de certaines exigences peut tout à fait empêcher l’exercice de ces métiers. Aussi, la conduite ne saurait être compatible avec une aptitude visuelle limitée : en vision lointaine, l’acuité visuelle* ne doit pas être inférieure à 5/10.

Nécessaire également pour d’autres métiers sujets au télétravail

Que l’on soit concernés ou non par ces évaluations suivant les métiers, il est impératif de veiller à préserver sa vue. Lorsque l’on sait que 7 salariés sur 10 se déplacent en voiture pour exercer des métiers divers – requérant sans doute, entre autres, l’utilisation d’écrans – il va de soi que préserver sa santé visuelle est nécessaire. En voiture, il faut pouvoir bien percevoir les objets (les panneaux, les feux, les piétons, les voitures, etc.) afin de se déplacer en toute sécurité et ne pas avoir à user ses yeux en forçant dessus. Devant l’écran, il faut pouvoir se concentrer sans avoir à sursolliciter ses yeux, afin de travailler dans de bonnes conditions.

La nécessité de préserver sa santé visuelle durant le confinement

personne en télétravail

Dans ce contexte de crise sanitaire, beaucoup de Français prêteraient une attention particulière à leur alimentation, à leur hygiène ou encore à leur activité physique. Toutefois, n’oublient-ils pas de prendre soin de leurs yeux ? Rien n’est moins sûr. La vie professionnelle, menée au bureau ou à la maison, avec une utilisation quasi-permanente des écrans, serait susceptible d’être l’une des nombreuses causes d’aggravation des cas de myopie, par exemple. Nous serions face à un phénomène de « myopie comportementale » (qui se différencie de la myopie classique, laquelle serait héréditaire et apparaîtrait dans l’enfance). La myopie comportementale, elle, se manifesterait plutôt dès l’adolescence et s’intensifierait, avant stabilisation, chez le jeune adulte. Le fait d’observer, à long terme, des objets situés trop proches des yeux (écrans ou même livres) serait lié à ce phénomène.

« Pendant le confinement […], chacun aura bien remarqué que le meilleur ami de l’homme c’était… l’écran… ! » 
(Michel Cymes, médecin et animateur TV)

Difficile de ne pas abuser des écrans, en télétravail. Pourtant, ces derniers fatiguent nos yeux, les usent. De plus, le confinement nous aurait appauvri en lumière naturelle, dont nous avons besoin. Cette privation peut provoquer un allongement du globe oculaire, favorisant la myopie.

Télétravail : 5 bonnes pratiques à suivre pour protéger ses yeux

Adoptez les bonnes postures face à l’écran

Positionnez votre ordinateur à hauteur de vos yeux. En effet, celui-ci doit pouvoir être orienté latéralement et en hauteur. De plus, n’hésitez pas à placer votre ordinateur perpendiculairement aux fenêtres, non en parallèle, afin d’éviter les reflets. Vous pouvez également pivoter l’écran si une gêne persiste. Face à n’importe quel écran, il est fortement conseillé de maintenir une distance de 50 à 70 cm. Optez pour les écrans LCD, non cathodiques : ces derniers fatiguent davantage.

Veillez à contrôler la lumière artificielle et la luminosité de votre écran

Evitez de vous placer sous une lumière artificielle. Si l’éclairage de la zone de travail est insuffisant, vous pouvez allumer la lumière d’une lampe si besoin. La lumière artificielle doit se trouver au même niveau que la luminosité venant de l’écran et doit être située à moins de 3 mètres. Veillez aussi à ne jamais utiliser l’écran dans le noir total ! Peu importe l’écran que vous utilisez, il est capital d’ajuster sa luminosité en fonction de votre environnement. Vous pouvez aussi diminuer la luminosité de l’écran au besoin (si la celle-ci est trop forte par rapport à votre espace de travail, par exemple). Mais pour votre confort visuel, la luminosité doit rester tout de même suffisante pour pouvoir lire sans difficulté.

Faites des pauses

Afin de ralentir les risques en termes de fatigue visuelle, prenez une pause de 10 minutes, toutes les 2 heures environ, durant laquelle vous vous éloignerez des écrans (y compris de vos smartphones).
Notez que le temps de pause que vous prendrez peut varier et dépend notamment de la durée d’utilisation et de l’usage de votre écran. Ce moment de pause permettra à vos yeux de bien s’humidifier. Prenez l’air sur votre balcon, votre terrasse, changez de pièce. Vos yeux pourront observer un autre environnement et cela permettra de faire travailler autrement les muscles oculaires.

Le saviez-vous ?

Porter son regard au loin durant 20 secondes toutes les 20 minutes permet d’éviter l’assèchement de l’œil et une vision trouble.

 

Soulagez vos yeux avec la technique du palming

La technique du palming implique de couvrir ses yeux (les protégeant ainsi de la lumière) à l’aide de la paume de votre main. Cela permet à vos yeux de se reposer face à une fatigue et une baisse de concentration.

Positionnez vos mains en coque, doigts correctement joints et placez vos paumes devant chacun de vos yeux. Veillez à ce que les bords de vos mains soient placés contre l’aile de votre nez. La lumière ne doit pas passer. Ensuite, fermez vos yeux sur une durée de 30 à 45 secondes au minimum. Les séances peuvent s’étendre sur 20 minutes.

Surveillez votre santé visuelle

Une personne chez l'ophtalmologue

N’oubliez pas :

le confinement ne doit pas être un frein au contrôle régulier de votre vue auprès d’un ophtalmologue. Soyez donc attentif à vos symptômes et à de potentielles gênes oculaires persistantes.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments