Qu’est-ce que la cataracte ?

La cataracte est la chirurgie oculaire la plus fréquente dans le monde : en France, environ 700 000 personnes sont opérées chaque année.

La cataracte est une maladie oculaire qui se manifeste par une opacification progressive du cristallin (qui peut être partielle ou totale).

La lentille ressemble à une lentille transparente. Il se trouve derrière l’iris et aide à concentrer la lumière au centre de la rétine. Elle est également impliquée dans le phénomène de l’hébergement. Lorsque la lentille devient trouble (perd sa clarté), elle empêche la lumière de passer normalement.

Quelles sont les symptômes de la maladie ?

L’opacification du cristallin affecte la vision et la rend trouble, floue ou voilée.
Selon l’Assurance Santé Ameli, ces symptômes liés à la fragilisation de la vision seraient les plus courants.

Toutefois, d’autres symptômes peuvent apparaître.

Il s’agit notamment de l’apparition de petits points (ou tâches) au sein du champ de la vision, d’une difficulté à distinguer les reliefs, d’une mauvaise distinction des contrastes ou encore d’une baisse de l’acuité visuelle.

De même, la vision des couleurs peut être affectée : les couleurs sont jaunies et difficiles à différencier. Une gêne pour lire et une (hyper)sensibilité à la lumière vive peuvent aussi se manifester. Dans ce dernier cas, il peut être dangereux de conduire la nuit à cause des phénomènes d’éblouissement potentiels.

Quelles sont les causes de la cataracte ?

Généralement, les cataractes sont liées à l’âge et suivent le processus naturel de vieillissement.
Mais d’autres facteurs peuvent également intervenir.

Lorsqu’un traumatisme oculaire est à l’origine de la maladie, on dit « cataracte post-traumatique ». Les cataractes traumatiques (plaies perforantes) peuvent être unilatérales si la cataracte affecte généralement les deux yeux.

En revanche, les maladies oculaires peuvent entraîner des cataractes (rétinopathie ou rétinite pigmentaire, antécédents liés à la chirurgie oculaire, notamment myopie sévère, etc.).

Il existe également des maladies chroniques (comme le diabète) qui peuvent contribuer au développement de la cataracte. Aussi, certains facteurs peuvent influencer le développement de la maladie (exposition au soleil, tabagisme et/ou consommation d’alcool).

Comment se soigner de la cataracte ?

Une opération de la cataracte peut être envisagée. Dans ce cas, une évaluation préopératoire par un ophtalmologiste spécialisé dans ce type de chirurgie s’impose. L’opération consiste à « casser » et à vider le contenu du sachet contenant la lentille afin de la remplacer par un implant artificiel. Par conséquent, une petite incision est pratiquée dans la cornée. La chirurgie est réalisée sous anesthésie locale et est indolore. Par la suite, le patient doit être accompagné, car il ne peut pas conduire après l’intervention.

Pour éviter les risques d’infection, les deux yeux ne seront pas opérés le même jour (on attendra une semaine ou plus pour opérer l’autre œil).

Comment se déroule l’opération de la cataracte ?

La chirurgie n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît, mais l’encadrement est excellent. Elle est réalisée en ambulatoire, sous anesthésie locale. Le médecin fait une incision dans la cornée du patient pour accéder à la capsule du cristallin. Il a utilisé une sonde pour vider son contenu et a inséré un implant intraoculaire. Cette opération peut être effectuée en 15 à 30 minutes. Notez que la chirurgie est toujours pratiquée sur un seul œil à la fois, même si les deux yeux sont touchés.

Conséquences de la chirurgie de la cataracte

Après la chirurgie, une rougeur oculaire peut survenir, un léger inconfort (sensation de sable, légère douleur) ou des troubles visuels peuvent persister. Mais très vite, parfois même le lendemain de l’intervention, le patient constate une nette amélioration de son état et peut rapidement reprendre ses activités quotidiennes dès le lendemain.

Les personnes âgées opérées doivent suivre des soins intensifs (collyre) pendant plusieurs jours, porter une coque pour protéger leurs yeux la nuit, et porter des verres teintés si la lumière est trop forte. Les tests de vision sont effectués environ un mois après la chirurgie de la cataracte.

Est-ce que c’est obligatoire de se faire opérer de la cataracte ?

La chirurgie est le seul et unique moyen de traiter la cataracte, qui est une pathologie qui accompagne le vieillissement. Les cataractes peuvent également affecter les enfants. Il s’agit généralement d’un problème génétique. Il doit être traité rapidement afin que le cerveau ne s’habitue pas à recevoir des informations visuelles de mauvaise qualité. À cet âge, les cataractes sont souvent la cause de l’amblyopie.

Outre la cataracte, la chirurgie oculaire peut également traiter les différents glaucomes.

Qu’est-ce qu’un glaucome ?

Le glaucome est une maladie oculaire qui endommage le nerf optique. Cela est généralement dû à une pression accrue à l’intérieur de l’œil. Si elle n’est pas traitée, elle peut entraîner une déficience visuelle et même la cécité.

Le glaucome est une maladie oculaire caractérisée par une atteinte du nerf optique. C’est un nerf qui prend naissance dans la rétine, située à l’arrière de l’œil, et qui transmet les images au cerveau. Dans le glaucome, les terminaisons nerveuses du nerf optique sont endommagées dans la rétine et le nerf optique perd progressivement ses fibres.

Il en résulte une détérioration progressive du champ de vision et de moins en moins d’espace pour les yeux. Le glaucome est généralement associé à une pression accrue dans l’œil ; dans de rares cas, il se développe lorsque cette pression est normale.

Le vieillissement est l’un des principaux facteurs de risque du glaucome. La maladie peut également être causée par d’autres facteurs, comme des antécédents familiaux de glaucome ou d’autres problèmes de santé (diabète, hypertension artérielle, apnée du sommeil, myopie). L’utilisation à long terme de corticostéroïdes peut également être un facteur de risque.

Quelles sont les causes d’un glaucome ?

Le glaucome est causé par une pression élevée à l’intérieur de l’œil. Cette augmentation de pression est causée par le colmatage du filtre de drainage des fluides oculaires. Ce filtre, appelé réseau trabéculaire, s’obstrue progressivement chez certaines personnes et ne permet plus un passage adéquat de l’humeur aqueuse qui émerge constamment dans l’œil.

Dans quels cas les risques de glaucome augmentent ?

Un antécédent familial de glaucome

Antécédent d’un décollement de la rétine ou encore d’un traumatisme oculaire

Une myopie

unsplash_women_with_hat

Une mauvaise formation du globe oculaire

Comment dépister le glaucome ?

Le glaucome à angle ouvert, la forme la plus fréquente de glaucome, évolue silencieusement, progressivement et sans douleur : le dépistage doit donc débuter à 45 ans. Il est recommandé de consulter un ophtalmologiste au moins une fois par an après 40 ans. Le risque augmente entre 55 et 75 ans et reste élevé après 80 ans. Le dépistage se fait en mesurant la pression intraoculaire et en examinant au microscope l’état du nerf optique. Des examens complémentaires tels que la tomographie par cohérence optique, l’OCT et la périmétrie peuvent compléter le diagnostic.

Comment guérir d’un glaucome ?

Les médecins ajustent le traitement oculaire du glaucome en fonction de l’état du patient. Les ophtalmologistes sont encore les seuls à pouvoir prescrire les médicaments appropriés pour traiter le glaucome.

Généralement, le traitement repose sur l’utilisation de collyres ou des gouttes pour les yeux. Ces produits sont conçus pour réduire la pression ressentie par les yeux. Ce traitement médical stabilise la maladie mais est souvent pris à vie.

Pour traiter le glaucome, votre médecin peut toujours recommander un traitement au laser. La forme chronique entraîne une diminution de l’humeur aqueuse. Par conséquent, la pression augmente. Le laser surmonte ce problème en élargissant le maillage situé sur l’angle irido-cornéen. L’humeur aqueuse s’écoule donc plus facilement.

Si les traitements laser et médicamenteux sont toujours inefficaces, l’ophtalmologiste orientera le patient vers la chirurgie. Cette intervention, destinée à traiter le glaucome, reste bénigne et réduit la pression intraoculaire tout en inhibant la progression de la maladie. De plus, il permet à une valve de drainer l’humeur aqueuse hors de l’œil.

Quels sont les différents types de glaucome ?

Le glaucome à angle ouvert

Le glaucome à angle ouvert est un syndrome de lésion du nerf optique associé à l'angle d'ouverture de la chambre antérieure, souvent accompagné d'une pression intraoculaire élevée. Le principal symptôme qui accompagne cette maladie est la perte du champ visuel.

Le glaucome à angle fermé

Le glaucome à angle fermé est associé à un angle appelé iridocornée, et les symptômes de ce type de glaucome à angle fermé se transforment en douleur avec rougeur marquée, diminution de la vision, maux de tête, nausées et vomissements.

Le glaucome à pression normale

C’est un type de glaucome primitif à angle ouvert, et le glaucome à pression représente un groupe unique de formes cliniques typiques du glaucome chronique à angle ouvert, à savoir la neuropathie optique progressive caractérisée par des changements morphologiques caractéristiques et une altération fonctionnelle.

D’autres formes de glaucomes

Il existe d'autres types de glaucome, comme le glaucome congénital, qui est un type de glaucome qui touche les nourrissons et les jeunes enfants. Il s'agit d'une maladie rare qui peut être héréditaire et résulte d'un développement incomplet ou défectueux du système de drainage aqueux avant la naissance. Le fait de ne pas drainer l'humeur aqueuse peut augmenter la pression dans l'œil, entraînant des symptômes et des lésions du nerf optique.

Une question ? Écrivez-nous

    Aller au contenu principal