lecture

L’évolution de la myopie durant le confinement

L’évolution de la myopie durant le confinement

La myopie est un enjeu de santé oculaire souvent aggravé par un mauvais mode de vie lié à nos sociétés contemporaines. Il représente aujourd’hui un réel défi pour la filière visuelle. Selon les estimations, la moitié de l’humanité serait myope en 2050. Si les inquiétudes étaient déjà présentes avant la crise sanitaire, elles s’intensifient aujourd’hui depuis le confinement. Et pour cause : celui-ci aurait contribué à l’évolution de la myopie dans le monde.

Un contexte propice à une augmentation de la myopie

Télétravail, enseignement à distance et myopie

Avant le confinement, nous étions déjà particulièrement sujets à la surconsommation d’écrans et au manque de lumière naturelle – y compris chez les plus jeunes. Chez les étudiants notamment : entre stress, isolement et travail sur écran, on peut aisément s’inquiéter de leur santé visuelle. De plus, avec la prolongation de leurs études, ils passent plus de temps à lire en vision rapprochée. Cela implique souvent un grand effort d’accommodation pouvant être à l’origine d’une évolution de la myopie. Rappelons également que 3 Français sur 5 auraient doublé leur temps passé devant les écrans.

Le saviez-vous ?

Au Québec, 63 % de Québécois auraient augmenté leur temps d’écran depuis le début de la crise.

De même, si le télétravail n’est pas nouveau, il a été plus ou moins généralisé depuis l’annonce des premiers confinements. Bien que le télétravail représente de multiples avantages, il convient de lutter contre l’isolement et de préserver sa santé oculaire.

Photo d'une femme en télétravail

Myopie chez les plus jeunes : le dommage collatéral du confinement ?

En Chine, le nombre d’enfants myopes aurait été multiplié par 3 durant le confinement chinois de février à mai 2020. C’est ce que révèle une étude parue dans la revue JAMA Ophtalmology.
Selon France Inter, ces chiffres sont d’autant plus préoccupants qu’en Asie, « la prévalence de la myopie est déjà impressionnante : une majorité des jeunes urbains y sont déjà myopes ».
Selon Dominique Brémond-Gignac, cheffe du service d’ophtalmologie de l’hôpital Necker, le confinement aurait joué un rôle dans la progression de la myopie chez l’enfant : « D’abord les enfants ont plus été devant les écrans avec notamment l’école à la maison, les visios, etc. Ensuite, ils ne sont pas sortis à la lumière du jour. Et ce sont deux facteurs aggravants de la myopie ». (Europe 1, 2021)

Comment freiner l’évolution de la myopie en 2021 ?

Photo de deux enfants entrain de faire leur devoir

Diagnostiquer, prévenir et traiter la myopie

Que l’on soit ou non en période de confinement, les soins ophtalmologiques sont toujours assurés.
Si l’enseignement à distance ne permet pas aux enseignants de détecter d’éventuels problèmes de vue chez leurs élèves, il convient dans tous les cas de consulter son ophtalmologue afin de diagnostiquer une éventuelle myopie. En effet, un simple examen de routine suffit afin de rendre compte de ce trouble visuel.

La myopie peut être traitée à l’aide d’un port de lunettes adaptées mais peut également faire l’objet d’une chirurgie réfractive.

Le saviez-vous ?

Avec un parent myope, le risque de myopie serait multiplié par 3. Avec deux parents myopes, le risque serait multiplié par 7.

Adopter de meilleures habitudes

Prévenir la myopie ou son aggravation passe aussi par l’adoption de nouvelles (bonnes) habitudes.
Si la configuration de nos sociétés actuelles ne permet pas de cesser complètement la consommation d’écrans, celle-ci doit être limitée pour se préserver et ce dès le plus jeune âge.

photo de deux enfant jouant dehors

Tout d’abord, on préconise aux patients d’augmenter leur temps passé à l’extérieur afin de pouvoir profiter de la lumière naturelle dans le respect des mesures sanitaires. À Singapour, 29 % des enfants de 6 ans passant seulement 3 heures à l’extérieur seraient myopes, contre seulement 3 % des enfants du même âge à Sydney, profitant de l’extérieur durant 14 heures.
En effet, « […] la dopamine, dont la sécrétion par la rétine est favorisée par l’exposition à la lumière du jour, freine la croissance du globe oculaire en longueur. » (Dr Philippe Gorny pour Paris Match, 2020). Ainsi, les télétravailleurs, les étudiants et plus largement l’ensemble des français devront être particulièrement vigilants face au risque d’isolement par exemple.   
Lorsque l’on travaille sur écran, il est recommandé de prendre une pause de 20 secondes toutes les 20 minutes afin de reposer ses yeux.

Si l’on opte pour les lentilles de contact, des lentilles souples ou des lentilles de nuit (orthokératologie) seraient efficaces en ce sens. Concernant les lentilles souples, la MiSight® 1 day, aurait notamment fait ses preuves pour freiner la myopie chez l’enfant.

Les suggestions d’Ophtalmologie Express :

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments