lecture

Les avancées et le futur de l’ophtalmologie

Homme qui se met sur les yeux des lunettes futuristes

Comme dans tous les domaines médicaux, l’ophtalmologie est une discipline en constante évolution. Des premiers écrits de la chirurgie de la cataracte en Égypte antique aux chirurgies d’aujourd’hui, les techniques ont évolué et la recherche a avancé. Les machines sont de plus en plus performantes et précises et les consultations tendent vers une toute autre forme…

Les avancées de l’ophtalmologie

L’évolution des techniques de chirurgie

Les techniques de chirurgie oculaire, tout comme les machines ont connu de grandes avancées. Dans les années 1960, la chirurgie de la cataracte a rencontré une révolution grâce à l’ophtalmologiste Charles Kelman. Précurseur de la cryochirurgie pour l’extraction intracapsulaire de la cataracte, l’ophtalmologiste a expérimenté une nouvelle technique d’extraction de la cataracte : la phacoémulsification. Cette méthode est devenue l’avancée la plus importante dans le domaine de la chirurgie ophtalmique, Le Dr Kelman a été honoré par l’American Academy of Ophthalmology pour sa découverte.

C’est 20 ans plus tard qu’apparaîtra la chirurgie laser de l’œil : la photokératectomie réfractive ou PKR. Véritable révolution technologique des années 80, cette technique permettait de traiter la myopie et l’hypermétropie. La chirurgie laser de l’œil s’est par la suite perfectionnée et la technique du Lasik est née, permettant désormais de corriger la presbytie et l’astigmatisme.

De nos jours, les techniques de chirurgie sont restées les mêmes mais les machines se perfectionnent et permettent d’assister ces chirurgies pour augmenter leur précision. Certaines machines sont équipées d’un système d’eyetracker, permettant de détecter jusqu’au micro-mouvements de l’œil pendant une opération. D’autres machines permettent même de traiter des troubles de la vision plus complexes comme la rétinopathie diabétique ou encore la DMLA.

Les nouvelles techniques d’examen

À l’instar des techniques de chirurgie celles concernant les examens évoluent également. À titre d’exemple, le programme IDx-DR, un dispositif d’intelligence artificielle capable de détecter certaines maladies oculaires et d’établir un diagnostic a été mis sur le marché. Cette prouesse technologique permet de de diagnostiquer une complication du diabète du fond d’œil ou une rétinopathie diabétique. Il peut également établir un bilan sans intervention humaine. Cette machine permet à terme d’optimiser le flux de travail et de réduire les coûts mais surtout d’augmenter conséquemment le nombre de personnes dépistées. Ce programme ayant obtenu la certification CE*, il pourrait à terme être commercialisé dans toute l’Europe. Le programme IDx-DR illustre jusqu’où les avancées technologiques du monde de l’ophtalmologie sont allées, mais il n’est pas la seule innovation. En effet, il existe désormais des applications capables d’évaluer la vue comme la FDA (Food and Drug Administration) ou encore des machines de plus en plus automatisées qui permettent un diagnostic plus précis et plus rapide de la vue.

* Le marquage « CE » est obligatoire pour tous les produits couverts par une ou plusieurs réglementations Européennes de type « Nouveau cadre législatif » (anciennement dites « Nouvelle Approche ») et confère à ces produits le droit de libre circulation sur l’ensemble du territoire de l’Union européenne. Source : economie.gouv.fr.

Les avancées de l’ophtalmologie

De nouveaux traitements et solutions

Depuis quelques années en France, plusieurs personnes devenues aveugles suite à une maladie dégénérative de la rétine bénéficient d’un implant rétinien. Cet implant est une puce de 3 x 3 mm placée à l’avant ou à l’arrière de la rétine qui permet à ses porteurs de retrouver des sensations visuelles. Il existe plusieurs dispositifs d’implants rétiniens, trois d’entre eux ont obtenu une certification européenne (marquage CE) : l’Argus II (Second sight), le Retina Implant (AG) et l’IRIS II (Pixium Vision).

Schéma de la puce rétinienne

Dans le cas des modèles épirétiniens*, le patient doit porter des lunettes auxquelles est fixée une caméra, reliée à un boîtier électronique. Ce système permet au porteur de reproduire une image d’environ 1.500 pixels, ce qui équivaut à un résultat très flou mais qui permet néanmoins au patient de retrouver un peu d’autonomie. La recherche concernant les systèmes de rétine artificielle est en pleine avancée et tend vers une reconstitution plus précise de la vision.

Vue d’un patient portant
une puce rétinienne

Vue d'une personne aveugle avec la puce rétinienne

Objectif d’évolution de la vision avec la puce rétinienne

Objectif d’évolution de la vision avec la puce rétinienne

Les traitements des maladies oculaires, tout comme les machines, ont grandement progressé et sont toujours en évolution. Pour le traitement de la maladie du glaucome, les collyres ne sont pas toujours tolérés par l’œil et créent parfois des allergies. Pour palier à ces problèmes, la FDA (Food and Drug Administration) aux États-Unis, a récemment développé 2 nouvelles molécules : le tanoprostène et le netarsudil. La chirurgie mini-invasive du glaucome progresse également pour remplacer à terme les traitements médicamenteux. D’autres avancées prometteuses ont été réalisées en faveur de certaines maladies oculaires comme la rétinopathie diabétique. En effet, des chercheurs américains travaillent sur des lentilles à porter la nuit pour retarder la progression de la maladie. Les personnes atteintes de rétinopathie diabétique ayant une mauvaise oxygénation de la rétine, ces lentilles contribueraient à ralentir le développement de la maladie.

* placés à la surface de la rétine, en contact avec les cellules ganglionnaires.

Le futur de l’ophtalmologie : la télémédecine

La télémédecine, pratique médicale à distance se démocratise de plus en plus. Pour palier à la pénurie de médecin en France et rebondir face à la crise sanitaire, les consultations prennent une nouvelle forme. La cabine de réfraction Glasspop illustre ces nouvelles pratiques médicales. Cette cabine de la taille d’un photomaton permet de faire contrôler sa vue avec les mêmes machines qu’un ophtalmologiste et le diagnostic d’un médecin à distance. Mais alors cette cabine peut-elle remplacer une consultation ophtalmologique ? Les limites de cette machine sont qu’elle peut établir un diagnostic de votre vision (degré de myopie, d’hypermétropie…) mais qu’elle ne peut pas détecter des pathologies ou maladies de l’œil. Ainsi, malgré les innovations technologiques de ces dernières décennies, consulter un ophtalmologiste reste nécessaire.   

Le futur de l’ophtalmologie : l’intelligence artificielle

L’intelligence artificielle longtemps assimilée à la science-fiction est aujourd’hui plus qu’une fantaisie dans le domaine médical. L’ophtalmologie s’inscrit comme le domaine médical utilisant le plus l’intelligence artificielle. En effet, l’IA permet l’analyse des données de milliards de patients, ce qui, dans le cas de pathologies difficilement détectables, permet de réaliser une détection précoce grâce à une analyse et une comparaison des symptômes des patients. De la même manière, l’intelligence artificielle peut analyser et comparer les données obtenues avec l’imagerie diagnostique (rayons X,  résonance magnétique, ultrasons…). De cette manière, l’IA peut déterminer instantanément si l’œil est en parfaite santé ou pathologique. Ainsi, le domaine de l’ophtalmologie a connu de grandes avancées ces dernières décennies et continue de progresser en se développant dans le domaine technologique, et peut-être un jour pourrons nous permettre aux aveugles de recouvrir la vue intégralement ?

Les suggestions d’Ophtalmologie Express :

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments