lecture

Journée mondiale de la vue : les yeux à travers les âges

Journée mondiale de la vue

Comme toutes les autres parties du corps humain, les yeux grandissent et peuvent subir des détériorations avec le temps. Il est donc indispensable de mettre en place un suivi oculaire afin de conserver une bonne acuité visuelle le plus longtemps possible. Faisons le point sur les différents stades d’évolution de l’un de nos cinq sens : la vue !

L’évolution de la vue à travers les âges

Nourrisson et enfant en bas âge

Les yeux des nouveaux nés leur permettent de distinguer les contours, ils ne voient qu’à une vingtaine de centimètre de leurs yeux. Leur vision est encore floue et la lumière vive est gênante. Ils ne voient presque qu’en noir et blanc mais perçoivent cependant bien mieux les contrastes.

VISION D'UN NOURRISSON
VISION D'UN NOURRISSON

Aux alentours de cinq semaines, les couleurs apparaissent. Le nourrisson commence à percevoir les couleurs vives, telles que le rouge et le vert.

Dès 2 mois, le champ de vision du nourrisson lui permet de voir jusqu’à 60 cm, avec un angle de 30°.

VISION D'UN BÉBÉ DE 2 MOIS
VISION D'UN BÉBÉ DE 2 MOIS

À 6 mois, son champ visuel s’est considérablement élargi et est passé à 60°. Ce n’est qu’au bout d’un an que la vision du bébé atteint celle d’un adulte. La netteté est à présent parfaite, les reliefs appréciés et il peut distinguer toutes les couleurs de l’arc-en-ciel.

Les écoliers et les adolescents

À partir de leur période d’apprentissage, les enfants et adolescents sont susceptibles de développer des problèmes oculaires. Ceci implique d’être très attentif aux symptômes présentés par les enfants notamment.

Myopie

La myopie est une anomalie visuelle, un trouble de la vision qui peut, dans les cas les plus graves, provoquer des complications (glaucome, déchirure ou décollement de la rétine, etc.)
La myopie est un trouble de la réfraction ou de la convergence des rayons lumineux via les diverses structures de l’œil.
De près, la vision est nette mais de loin, elle est floue. Le Figaro Santé rapportait par ailleurs que 29 % de la population française serait sujette à la myopie. Si les parents d’un enfant sont myopes, ce dernier a davantage de chances de développer à son tour une myopie. Il peut présenter des symptômes signifiants : lecture (trop) rapprochée des cahiers, mauvaise vision de loin lorsqu’il regarde le tableau, fatigue de la vue, maux de tête fréquents, etc.

LA MYOPIE AVEC ET SANS PATHOLOGIE

Hypermétropie

L’hypermétropie fait également partie des troubles de la réfraction : les rayons lumineux passant par les structures de l’œil ne convergent pas suffisamment. Même si la capacité d’accommodation permet d’augmenter la convergence et d’obtenir une vision nette, l’accommodation présente ses limites. Une personne hypermétrope discerne mal des objets situés trop près. Il peut arriver que l’enfant (ou un jeune adulte) présente, de près, une vision floue. Et soit susceptible d’avoir des maux de tête provoqués par une sursollicitation de l’accommodation. 

L'HYPERMÉTROPIE AVEC ET SANS PATHOLOGIE

Astigmatisme

L’astigmatisme est une anomalie visuelle souvent provoquée par les inégalités de courbure de la cornée ou du cristallin. La personne astigmate présente des difficultés à cerner les contrastes entre les lignes verticales, horizontales, obliques. La vision de l’astigmate est floue de près comme de loin.

L'ASTIGMATISME AVEC ET SANS PATHOLOGIE

Amblyopie

L’amblyopie, aussi renommée « œil paresseux », se manifeste par la perte – relative ou partielle – de l’acuité visuelle. L’amblyope présente notamment une vision défaillante des contrastes et des profondeurs. En général, cela est lié à un important écart entre les deux yeux. Le cerveau, pour pallier à la défaillance de l’œil faible, se concentrera sur l’œil fort. Finalement, l’œil faible n’étant plus « stimulé », il finit par ne plus rien voir. Le strabisme serait fréquemment une cause de l’amblyopie.

L'AMBLYOPIE AVEC ET SANS PATHOLOGIE

À l'âge adulte

Des bouleversements visuels sont provoqués naturellement par le vieillissement. Certains changements nous rendant inaptes à voir aussi bien qu’auparavant, peuvent être légers. Il existe toutefois des changements pouvant être très graves et qui peuvent, parfois, alerter sur l’apparition d’une maladie.

Les cataractes

Considérées comme une maladie oculaire, les cataractes sont susceptibles d’apparaître naturellement en vieillissant. La moitié d’une population âgée de 65 ans en souffrirait. Lorsque l’on souffre de ce trouble, on peut voir son cristallin opacifié : on ne perçoit plus les objets de manière aussi claire qu’auparavant. De plus, nous sommes davantage éblouis et la perception des couleurs devient terne. Une chirurgie de jour est un moyen très pertinent de traiter la cataracte. Ainsi, la vision peut être totalement restaurée.

La sécheresse oculaire

La sécheresse oculaire se manifeste lorsque nos yeux ne sont plus capables de produire des larmes de façon naturelle comme cela était possible auparavant. Si nous lisons de manière prolongée ou si l’on utilise un ordinateur fréquemment, cela peut devenir pénible. En effet, nos yeux peuvent nous démanger et le fait de les frotter peut provoquer, en plus, une irritation (rougeur, boursouflure). Si elle n’est pas traitée, la sécheresse oculaire peut altérer notre vision et la réduire. Certains médicaments sont en vente libre et sur ordonnance pour traiter ce problème. Il est important de protéger ses yeux de la lumière (avec des lunettes de soleil) pour diminuer des symptômes.

Le glaucome

Le glaucome, maladie oculaire, endommage le nerf optique de notre œil et peut provoquer d’une part, la une diminution de la vision et d’autre part, la cécité. Le glaucome est la conséquence de l’augmentation de la pression dans l’œil qui, à terme, peut réduire la vision périphérique. Après quarante ans, le risque de développer un glaucome augmente à chaque décennie. Le glaucome provoque une perte de vision de façon permanente. Le traitement peut impliquer l’utilisation de gouttes ophtalmiques mais aussi une chirurgie au laser ou des médicaments. Parfois, il est utile de combiner plusieurs traitements.

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA)

Elle est la cause essentielle d’une perte de vision irréversible pour les personnes âgées de 60 ans (ou plus). La dégénérescence maculaire se manifeste, avec l’âge, lorsque la partie centrale de notre rétine – la « macula » – s’affaiblit. La vision se déforme et devient floue. On ne perçoit plus les détails des objets. La DMLA existe sous une forme sèche et une forme exsudative. Pour freiner la maladie, on peut stopper la prise de médicaments dits « préventifs » (comme les vitamines) et arrêter la cigarette par exemple. Concernant la forme exsudative de la DMLA, il est possible d’obtenir des anti-VEGF (injections oculaires) visant à ralentir l’évolution de la maladie. Cela peut également venir améliorer la vision.

La rétinopathie diabétique

C’est l’un des principaux facteurs de cécité. La rétinopathie diabétique touche, au minimum, 40 % des individus diabétiques (de type 1 ou 2) dans l’évolution de la maladie. Les complications liées au diabète affectent considérablement les vaisseaux sanguins au niveau de la rétine. Cela est susceptible de causer une hémorragie oculaire (ou encore la fuite de liquide). Il serait recommandable de contrôler son taux de cholestérol et son diabète pour diminuer les symptômes. Concernant les traitements, il est possible d’opter pour la photocoagulation au laser, la chirurgie ou encore la thérapie via l’injection d’anti-VEGF.

La journée mondiale de la vue

Contrôler sa vue : les bonnes pratiques

Il est utile de prévenir les symptômes  et d’y être attentif s’ils apparaissent. Ces derniers ne sont pas systématiquement liés à l’apparition de troubles de la vision ou d’une maladie oculaire, m  ais il est important d’y rester attentif…

Prévenir l’apparition de symptômes

Pour prévenir l’apparition de problèmes de vue (myopie ou autre), veillez à ne pas trop sursolliciter vos yeux. Par exemple, lire dans le noir est fortement déconseillé. Rester des heures sur les écrans, aussi, fatigue la vue, même lorsque l’on ne s’en rend pas compte.

Rester attentif à l’apparition de symptômes

Déployez-vous des efforts supplémentaires pour mieux voir (lorsque vous conduisez, lisez, etc.) ? Avez-vous constaté un changement dans votre vision ? Une vision floue de loin, de près, une fatigue oculaire anormale, des maux de tête importants ? Ces symptômes peuvent parfois paraître bénins. Mais ils peuvent aussi révéler des problèmes de vue plus ou moins importants, comme nous avons pu le voir. Il est donc important de veiller à faire contrôler sa vue auprès d’un ophtalmologue, de façon régulière.

Les suggestions d’Ophtalmologie Express :

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments