Conjonctivite coronavirus

Aujourd’hui, le monde est en crise à cause du Coronavirus, un virus mortel qui fait déjà parler de lui par sa vitesse de propagation et le nombre de ses victimes. On ne cesse d’en apprendre plus de jour en jour sur ce virus. Il pourrait éventuellement se transmettre par voie oculaire, par le biais d’une infection appelée la conjonctivite.

Qu’est-ce que la conjonctivite ?

La conjonctivite est une infection présente au niveau des yeux qui affecte la membrane externe du globe oculaire et l’intérieur de la paupière. Elle couvre tout le blanc de l’œil et cause des rougeurs et une vision brouillée. C’est une irritation de la conjonctive causée par des allergies ou encore une infection bactérienne ou virale.
Elle est très contagieuse et se transmet par le contact avec toute sécrétion de l’œil infecté.

Comment la conjonctivite peut être considérée comme un signe avant-coureur du Coronavirus ?

La propagation du virus fait rage, la contamination s’avère être possible par les yeux. Les experts nous expliquent que plusieurs études suggèrent que le virus peut causer de la conjonctivite et peut possiblement être transmis par contact aérosol avec la conjonctive.
L’alerte a été lancée le jeudi 5 mars par l’American Academy of Ophtalmology (AOO). Elle informe : « les patients qui viennent consulter pour une conjonctivite, qui ont également de la fièvre et des symptômes respiratoires, y compris la toux et l’essoufflement, et qui ont récemment voyagé à l’étranger, en particulier dans les régions où des flambées sont connues (Chine, Iran, Italie, Japon et Corée du Sud), ou dont certains membres de la famille sont récemment revenus de l’un de ces pays pourraient représenter des cas de COVID-19 ».

En outre, les recherches et études qui ont été menées sur le sujet sont assez inquiétantes. Sur 30 patients hospitalisés en Chine pour une infection par le virus du COVID-19, un d’entre eux souffrait d’une conjonctivite et présentait le coronavirus SARS-COV-2 dans ses sécrétions lacrymales et conjonctivales. C’est ce que nous a rapporté une recherche menée à l’hôpital de l’université de Zhejiang durant la période du 26 janvier au 9 février. Une autre étude qui a été faite sur 1099 porteurs du virus, cette fois-ci dans 30 hôpitaux de la Chine, révèle que 9 d’entre eux, soit 0,8% des cas, souffrent de congestion conjonctive.
Au vu de ces signaux d’alarmes, des mesures sont à prendre.

Mesures et précautions à prendre

Pour le moment, au niveau de la population, rien n’indique qu’il faut se protéger les yeux en plus du nez et de la bouche pour éviter d’être contaminé. L’AOO encourage quand même tout le corps médical ophtalmologique à être vigilant. Ce sont les mieux placés pour déceler un nouveau cas de COVID-19. Elle leur conseille de bien se protéger le nez, la bouche, mais aussi les yeux pendant les consultations.
L’Académie française d’ophtalmologie, de son côté, est très précise sur ces recommandations : « La contamination ophtalmologiste-patient ou vice versa se fait par contact rapproché, via projection de gouttelettes naso-pharyngées, contact des mains souillées qui vont apporter le virus sur les muqueuses du visage, essentiellement du nez et de la bouche, et peut-être sur les conjonctivites. »
Par ailleurs, le virus entre dans l’organisme par les muqueuses: muqueuse conjonctivale (les yeux), nasale, buccale ou oropharyngée.

Restez vigilant et prenez soin de vous.

Tags : , , ,